Septembre 2014 : visites d’autoconstructions

Rencontres et vistes de maisons auto-construites

Mis à jour le lundi 29 septembre 2014

Pour cette rentrée, nous continuons nos réflexions et la diffusion d’annonces.
Nous avons rencontré fin août et en septembre des personnes intéressées par ce projet, elles réfléchissent et cheminent, d’autres rencontres se feront sans doute en octobre.

Sinon, David & Patricia ont visité début septembre diverses maisons auto-construites dans le Gard en liaison avec le réseau Rahmabaman. L’accueil chaleureux et les explications ont été précieux.
Voici un résumé fait par David de ces visites (le compte rendu complet est dans notre espace privé de travail en ligne).


Nous avons visité 7 réalisations avec des techniques différentes.
Toutes étaient des habitations individuelles (couples, familles), une seule était un habitat groupé.

1. Habitation bois

  • 155m2, un seul niveau (possibilité mezzanines)
  • ossature bois et planchers sur pilotis béton
  • murs en bardage bois
  • isolation ouate de cellulose
    JPEG - 210.9 ko

2. Bâtiment pour activité yoga

  • 110m2, un seul niveau
  • Paille autoporteuse technique Nebraska
  • charpente spéciale, couverture bois, enduits terre
  • 2 chambres pour accueil avec douches + hall d’entrée + grande salle ronde
  • chauffage par le sol avec eau chaude solaire
    JPEG - 204.2 ko

3. Maison octogonale

  • Maison octogonale en ossature bois
  • charpente octogonale spéciale ressemblant aux zomes
  • pas de cloisons au RDC
  • isolation ouate de bois ou cellulose injecté dans les parois (isolation épaisse pour le toit)
  • Une extension en murs paille est prévue (fondations faites)
  • pas de réseaux : panneaux photovoltaïques
  • toilettes sèches extérieures
  • chauffage petit poêle
    JPEG - 116.4 ko

4. Maison paille et terre en ossature bois

  • isolation avec bottes paille + enduits terre
  • Sol RDC en masse, dalle (technique spéciale)
  • 2 chambres à l’étage + espace détente entre, RDC avec coin cusine, salon, SDB, WC, cellier
  • Poêle de masse avec briques terre crue (ont été aidés par pro), permet de brûler tout type de bois, de faire tourner le poêle quelques heures et de chauffer ensuite pour 24 ou 48 heures
  • Pour salle de bain : Tadelac (long et délicat à faire, très joli)
  • WC toilettes sèches à l’intérieur
    JPEG - 132.6 ko

5. Maison paille technique "poteaux-poutres"

  • toit une seule pente
  • orienté sud avec baies vitrées
  • 2 chambres et grand espace central
  • bottes pailles posées à plat à l’extérieur des poteaux, pouvant être un peu compressées comme Nebraska (pour une meilleur isolation)
  • sol sur grande dalle en béton
  • aide par professionnel pour conception et pose charpente
  • chauffage avec poêle central
    JPEG - 90 ko

6. Les Hérissons : habitat groupé en paille ossature bois

  • Site web des Hérissons
  • 4 foyers
  • ouate de cellulose dans certains plafonds
  • Recherche avancée pour isolation phonique des plafonds (sable, tuyaux sur des chambre à air...)
  • "poutres" minces pour les planchers
  • Terrain petit en forte pente, difficile, bâtiments sur 3 niveaux en terrasses
  • eau chaude solaire, cuve pour eau de pluie
  • Chauffage, chacun aura un petit poêle, sauf une personne
  • Coût : environ 2000 €/m2 au total (avec terrain cher, car près Montpellier)
  • ont démarré a réfléchir vraiment vers 2009
  • Prévoient 2 ans (ou un peu plus) pour tout construire à 4 (presque plein temps chacun), en étant aidés par des stagiaires au printemps et en été
  • Toits terrasses, avec bâches étanches
  • enduits terre
  • grande salle commune + terrasse, avec chambre d’ami et coin cuisine
    JPEG - 103.6 ko

7. Maison paille technique GREB

  • Blog du chantier
  • Technique paille GREB
  • Ont commencé en janvier 2013, reste les finitions essentiellement
  • Construction par Pierre + des stagiaires issus de Work Away
  • chauffage RDC avec poêle de masse central en brique (conseille d’éviter briques de récup, car trop dur de faire droit, donc d’utiliser des briques spéciales. Voir aussi association Oxalis
    JPEG - 109.4 ko

Remarques générales

Avant de se lancer dans l’autoconstruction, Maxime de Rahmabaman conseille de faire divers stages (si possible à plusieurs) sur des chantiers de construction divers (plus d’une journée : une semaine ou 15 jours).

La technique paille Nebraska est moins coûteuse et plus rapide, mais nécessite de bien couvrir la paille avant d’avoir le toit (choisir période sèche, aller vite), et c’est plus délicat comme technique s’il y a un étage (là il faut les conseils d’une personne d’expérience).
Nebraska a l’avantage (comme technique poteaux/poutres) d’offrir moins de risques de "ponts thermiques" que l’ossature bois où il y a de nombreuses zones de contacts bois/paille parfois difficiles à bien étanchéifier.

La technique poteaux/poutres nécessite plus de connaissance en charpente. Comme Nebraska, les murs sont plus larges, plus faciles à poser et a priori mieux isolants qu’en ossature bois "classique".

L’ossature bois permet d’avoir un toit protecteur pour la pose de la paille. Les murs sont moins épais car les bottes peuvent êtres mises sur champ (et d’ailleurs les fibres isolent mieux comme ça que posées à plat).

JPEG - 126.3 ko
Habitat groupé Les Hérissons : salle commune en cours de construction

La technique GREB donne un aspect un peu béton je trouve avant finitions du fait du mortier spécial coulé de chaque côté de la paille. Avantage : bonne isolation et murs moins épais car bottes peuvent être mises sur champ.

Voir comment avoir des masses avec ces techniques notamment si il y a des appartements à l’étage ?

Si le logement n’est pas grand, s’il est bioclimatique et bien isolé, il y a peu de besoins de chauffage, donc un poêle de masse ou un chauffage par le sol semblent surdimensionnés si on est situé dans un climat plutôt chaud ?

Il vaut mieux être plusieurs pour éviter que la construction s’étale sur trop d’années.

Personnellement, j’aime bien les constructions avec paille et terre, pour l’esthétique et l’ambiance intérieure. C’est doux, surtout s’il y a de la masse pour réguler la température.
Il faut choisir la technique paille en fonction de l’usage des bâtiments, du climat local, de l’aide qu’on peut avoir ou pas avec des pros, du fait qu’il y ait des étages ou pas, de la rapidité de construction qu’on souhaite...

A mon avis, il faudrait à présent se renseigner sur l’architecture bioclimatique à faible coût de mise en oeuvre.